CADRE SYNOPTIQUE TOMI TOZI (Plantes - Vie monde)
big-logo
I- CONSTAT D’OBSERVATION

I.1- Des politiques et programmes pertinents sont élaborés par le gouvernement pour une meilleure protection, conservation et valorisation des ressources naturelles depuis de nombreuses décennies et surtout depuis RIO 92.

-

I.2- L’impact sur le monde rural reste pourtant mitigé malgré plus d’une trentaine d’années d’efforts multiples.

-

I.3- Les gouvernements successifs ont fait de leur mieux depuis l’Indépendance du pays ; mais force est de constater que les résultats de terrain ne sont pas très encourageants ; la déconcentration des services techniques de l’Etat a vite connu ses limites auprès des masses populaires. La décentralisation en cours améliorera peut-être ces résultats malgré les handicaps de départ (ressources humaines et financières très limitées et parfois inexistantes).

-

I.4- NB : La jonction semble n’être pas faite entre les décideurs et les exécutants des politiques environnementales à la base. Il devient alors manifeste que des acteurs intermédiaires crédibles sont nécessaires.

II- NECESSITE DE TOMI TOZI

La création de l’Association TOMI TOZI est par conséquent une réponse à ce manque dans la chaîne des intervenants en environnement. TOMI TOZI regroupe donc des acteurs crédibles et efficaces en position de relais entre la sphère des décideurs et le monde de l’exécution concrète de base ; opérateurs interactifs, chevilles ouvrières du développement rural suscitant et animant l’engagement des populations villageoises.

-

Jouissant d’une grande confiance auprès des décideurs publics et auprès des paysans, TOMI TOZI arrive à mobiliser et à traduire dans les faits les mots d’ordre gouvernementaux. Selon une approche personnelle comme ci après:

III- APPROCHE
III.1- Prêcher par l’exemple de terrain

L’expérience a montré que les paysans n’engrangent pas véritablement les discours des services publics appelant à changer de techniques et de comportements en matière environnementale (et autre). Par conséquent, il devient impérieux de faire des réalisations concrètes qu’ils comprennent mieux et qui les convainquent.

-

III.2- Partenariat sur base d’engagement volontaire des acteurs ruraux organisés

L’engagement volontaire des acteurs ruraux est la meilleure formule en vue de résultats efficients. Le grand monde du village fait bonne impression au départ mais s’effrite assez vite tout au long de l’exécution des projets. TOMI TOZI préfère travailler avec des volontaires engagés individuellement.

-

III.3- Démarche « appropriation - responsabilisation »

Avec TOMI TOZI, les projets communaux deviennent propriété des responsables et travailleurs villageois ; la gestion à terme leur revient. Ils en ont la responsabilité.

-

III.4- Balisage culturel du milieu

Tous les chantiers de TOMI TOZI sont respectueux des us et coutumes du milieu. Vouloir banaliser ou même ignorer ces aspects culturels, c’est compromettre à 80% les résultats escomptés.

IV- PRINCIPES
  • Non « fonctionnarisation » des acteurs ruraux. Les chentiers TOMI TOZI ne viennent pas se substitués aux activités habituelles normales des paysants. Ils les complètent;
  • Non « salarisation » des activités communautaires (par contre, encouragements multiformes);
  • Non « folklorisation » de la mobilisation villageoise (le travail d’abord, la fête plus tard);
  • Participation responsable de groupes consolidés actifs et constants.
V- OPTIONS
  • Protection de l’environnement (sauvegarde, conservation);
  • Essences locales (en voie de disparition);
  • Plantes alimentaires et médicinales du Burkina
  • Activités villageoises génératrices de revenu (fauniques, forestières, halieutiques, …);
  • Echanges – partage (pépinistes, tradipraticiens, chercheurs, …).
VI- METHODES
  • Instaurer une confiance réciproque confirmée, lisible entre les acteurs de base.
  • Réalisations témoins (sur terrain).
  • Suivi commun constant des chantiers.
VII- PROGRAMMES GENERAUX

Les programmes généraux de TOMI TOZI sont au nombre de trois (03):

N°1- « VEGETAL OUAGA POURTOUR ou BAYIR MASSOM »

Il s’agit d’une vision tendant à la réalisation tout autour de la capitale OUAGADOUGOU, en banlieue à une dizaine de kilomètres de rayon, de plusieurs sites de végétations pérennes. Chaque site produira un micro climat et offrira une grande variété de plantes médicinales de chez nous. L’ensemble de ces sites constituera une sorte de muraille – poumon pour la ville. Elle vient en contrefort de la « ceinture verte » en voie de réhabilitation par les services gouvernementaux.

N°2- « METS ET SOINS : en savoirs locaux ou RIIBO LA TIIM »

L’option fondamentale de TOMI TOZI est la réhabilitation des espèces végétales locales. Nos sols abritent depuis toujours des essences particulières, poussant et vivant naturellement. La nécessité de changer la nature n’apparaît pas à ce niveau ; et ce d’autant plus que ces essences nous alimentent et nous soignent correctement. Plus de 80% de nos populations rurales ne retrouvent la santé que par la pharmacopée traditionnelle, tandis que les plantes médicinales se raréfient et s’éloignent des grands centres urbains. Il s’agit donc de nourrir et de soigner la population par la réhabilitation de nos savoirs locaux, malheureusement en régression du faite des apports extérieurs massifs.

N°3- « RESURRECTION SAVANE BURKINA ou TOND FAN VUUGRE »

Il s’agit de la projection de « VEGETAL OUAGA POURTOUR » réussi et de « METS et SOINS : en savoirs locaux » réhabilité, sur l’ensemble du territoire national. Cela se fera par étape et selon la demande des villageois concernés. Les changements climatiques actuels n’auront pas que des effets pervers ; le retour de nos bonnes saisons pluvieuses d’antan pourra être salutaire à la résurrection de nos campagnes, de leur biodiversité et de NOUS TOUS.

VIII- MOYENS
  • Apports techniques, matériels et financiers des membres de TOMI TOZI.
  • Ressources des activités lucratives de TOMI TOZI.
  • Contribution de partenariat intérieur et extérieur.
  • Force - main-d’œuvre des villages requérants.
IX- EXECUTION DES CHANTIERS
  • Perspectives des programmes : durée décennale revisitable.
  • Animation et conduite des chantiers villageois : durée triennale.
  • Suivi - évaluation : deux années supplémentaires.
  • Transfert à terme des chantiers aux acteurs locaux organisés.
X- GRANDES PREOCCUPATIONS D’ACTUALITE
X.1- Reboisement sans protection.

Les campagnes annuelles de reboisement sur le plan national se succèdent avec tambours et trompettes et connaissent un investissement financier important. Le taux de réussite sur le terrain reste très faible. Le reboisement sans système de protection conduit à un éternel recommencement. A défaut d’une protection physique (clôture) il faut une protection humaine (gardiennage et entretien) ; cela est valable même pour les grandes aires de reboisement.

X.2- Lotissements et couvert végétal

L’urbanisation est souhaitable, les lotissements sont incontournables mais le couvert végétal ne doit pas être systématiquement détruit. Les lois et règlements y afférents doivent être claires, sévères et appliquées. Les pouvoirs publics peuvent et doivent veiller à cela.

X.3- Lotissements et pauvreté

La disparition du couvert végétal couplée à l’expropriation des terres villageoises va à contre-courant de la lutte contre la pauvreté. Il est urgent d’arrêter ces attitudes qui aggravent la pauvreté des plus pauvres. Des systèmes de réelles compensations sont indispensables à la paix sociale.

XI- CONCEPTUALISATION

-

L’ensemble de la vision TOMI TOZI est en élaboration à l’interne. Des ateliers d’enrichissement avec les partenaires ne sont pas exclus chaque fois que de besoin.

-

XII- LE LOGO « TOMI TOZI » (PLANTES – VIE MONDE)

Le logo renferme un symbolisme positiviste mesuré.

a) La représentation d’ensemble renvoie à :
  • l’œil de cyclope = Regard sur le monde;
b) Les éléments constitutifs sont : - la pyramide = Génie et Durabilité
  • l’eau = Source de vie;
  • les arbres = la Vie (résultante de EAU + TOMI TOZI).
c) TOMI TOZI : Référence à un adage moaga ou mossi à deux versions :
  • une mise en garde contre l’exploitation de l’ignorance ou du déficit d’information d’autrui;
  • une invite au partage équitable qui instaure la confiance qui, à son tour, engendre le partenariat dynamique, source de succès réels, de transformations utiles et de progrès durable.

Documentation

Detarium microcarpum

Nom : Detar (Français) Kagdga  Kagatiiga (Mooré) Famille : Césalpinicées Synonymes: Detarium senegalensis Gmel. Description: C'est un arbre ou petit arbre à fut...

Adansonia digitata

Nom : Baobab (Français); Tohèga (Moré)  Famille : Bombacacées Taille : 25 à 30 m Le baobab est un grand arbre pouvant atteindre...

Combretum micranthum

Nom : Combretum micranthum  Famille : Kinkéliba (Français) Randga (Mooré). C'est un petit arbre ou arbuste lianes cent se présentant parfois en buisson...

Cassia sieberiana

Nom : Cassia de Sieber, Sindian (Français); Kumbrisaka, Yamenkassinga (Moré)  Famille : Caesalpiniacée Taille : 8 à 10 m de hauteur. C’est un...

Contact

01 BP 6875 Ouaga 01
       Burkina Faso

+226 25-31-04-54

info@tomitozi.com
www.tomitozi.com

Liens utiles

Web Design | Net Africa Consult